Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest

LAMINE MAÏGA

Artiste autodidacte Burkinabé issu d’une famille de plusieurs générations de teinturiers travaillant avec des pigments naturels ramassés en brousse et préparés intégralement par ses soins

En direct de Bobo Dioulasso au Burkina Faso Lamine Maïga présente son art , ses batiks et peintures aux  pigments naturels. Je dessinais très bien mais on m’interdisait de le faire », raconte l’artiste. Alors il a dessiné en cachette sur tout ce qu’il a trouvé. Ensuite, il a commencé la peinture à partir de craie, d’encre de bic et de sève de figuier.Au départ, le dessin était un plaisir.je ne me doutait pas pouvoir en vivre.« Je suis partie vivre chez ma tante à ouahigouya et je cachais mes dessins entre les pierres d’une grotte qui accueillait notre Dame de Lourdes. Un prêtre, un jour a remarqué mon manège et a pris mes dessins. Quand je suis revenu les prendre, je ne les ai pas trouvés et quand le prêtre est venu me voir, j’ai pris peur. Pourtant, c’est lui qui m’a payé mon premier carnet de dessins et le prêtre m’a commandé des scènes religieuses. »Lamine a repris la tradition familiale en devenant à son tour maranga 

avec la technique du batik. Je produis des pièces uniques inspirées de la vie quotidienne africaine et des motifs ancestraux.  les œuvres naïves ou réalistes aux couleurs chaudes sont complétées par des peintures abstraites (tableaux, service de table, linge de maison, vêtements….).

Sublimer l’art du recyclage pour faire œuvre

Progressivement, j’ai exploré d’autres supports comme les radiographies.  au Burkina Faso un pays assez pauvre aux confins du Sahel, ,  les gens sont très innovants et arrivent toujours à se débrouiller en faisant de la récupération.  Sur ce  nouveau support, j’ai intégré des sacs-poubelle, que l’on peut récupérer un peu partout, afin d’apporter matière et texture à l’œuvre. En les laissant apparents, ils racontent à eux seuls une partie de la vie burkinabé.Pour fabriquer ma peinture, je cultive des plantes tinctoriales, dont j’ai appris l’utilisation par mes ancêtres, et à partir desquelles j’extrais des pigments. Cela fait donc d’une part sens avec mes origines et il y a d’autre part un aspect écologique. Avec les pigments naturels, il y a aussi une certaine fragilité contrairement à la peinture de carrosserie que j’utilise très rarement

Un pont entre les cultures africaines et européennes 

Dans les années 90 au Burkina Faso, il y avait matière à exposer sur place, et plus les expatriés ou les coopérants se sont faits rares en Afrique, plus j’ai cherché à développer mon savoir-faire à l’étranger et notamment en France avec laquelle j’ai des liens particuliers.Je suis un autodidacte et j’ai dû me battre pour développer ma démarche artistique car ce n’était pas l’avenir que l’on imaginait pour moi quand j’étais plus jeune. En France, j’ai découvert de grands peintres classiques et cela a nourri ma recherche en me poussant à aller chercher au fond de moi des choses plus personnelles. La rencontre entre les cultures africaines et européennes est un carrefour nécessaire. Nous sommes tous des oiseaux du même monde, il faut créer des rendez-vous où l’on peut donner et recevoir.

La transmission comme démarche

Je fais des interventions dans des écoles ou auprès de personnes âgées car le relationnel est très important pour moi ; j’aime expliquer ce que je fais et ce qu’est la vie au Burkina Faso. L’art devient un médium pour aborder des sujets qui me préoccupent et qui peuvent être difficiles. Dans ce que je peux représenter, il y a aussi bien du figuratif que de la symbolique.Derrière des scènes qui pourraient paraitre presque naïves ou légères, se cachent en fait des préoccupations très profondes comme la montée de l’islamisme intégriste dans le pays, la condition des personnes homosexuelles qui se font battre, ou encore l’excision qui demeure une tradition malgré toutes les controverses. En passant par le support que peut être l’œuvre, cela me permet de créer un lien entre la culture française et burkinabée. C’est un prétexte à ouvrir la discussion, à transmettre, sans être polémique

Pour recevoir toutes les semaines nos derniers articles, inscrivez vous

derniers articles

1 réflexion sur “LAMINE MAÏGA”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *